Les capitaineries de Morlaix et Lannion. La défense des côtes par les milices garde-côtes. Le système vaubanien (1683-1715).

Samedi 4 novembre 2017

Conférence par Michel DESBRIERE, historien de la cartographie, membre de l’ARSSAT

Au XVIe siècle l’Etat implante de nombreux sièges d’amirauté relevant de l’Amiral de France. Ces juridictions ont une triple vocation : assurer la police des ports et le contrôle des équipages, éviter le pillage des épaves et défendre les côtes. Cette dernière tâche ne peut se concevoir qu’en temps de paix car quelques paysans chargés du guet ne sauraient s’opposer à une attaque en cas de conflit. Or la situation diplomatique entre les royaumes de France et d’Angleterre se dégrade fortement dès la fin des années 1670 et tourne au conflit ouvert en 1689, année où débute la « Seconde guerre de Cent ans ».

Vauban, dépêché par le roi en Bretagne, tente de mettre à « l’abri de toute insulte » les ports de Brest et de Saint-Malo et il durcit autant que faire se peut les défenses côtières. A partir des documents conservés pour l’essentiel dans différents dépôts bretons, la présente étude vise à mettre en lumière l’organisation des milices garde-côtes et les tâches qui leur sont confiées.

Une approche critique des sources permet de dégager les lignes de force et les faiblesses du dispositif pour la période allant de son lancement à la fin du règne de Louis XIV.

Le conférencier, Michel Desbriere, est reçu dans l’Espace Sainte-Anne par Liliane Le Gac présidente de l’ARSSAT et Jacques Sécher le secrétaire.

La salle de conférence Sainte-Anne à Lannion est bien pleine.

Liliane Le Gac présente le conférencier

Michel Desbriere répond aux questions des participants