Batterie et corps de garde de Port Lépine-Trélévern

Trélévern

Installé à Port Lépine, le site perdurera géographiquement jusqu’à aujourd’hui

2017

1819

 

En 1734 Il est en mauvais état comme le signale ce rapport :

Considérée comme indispensable, ce site existe déjà, mais se trouve dans un état déplorable : au nord du corps de garde de la paroisse du même nom paroissent les vestiges d’une batterie percée de 7 embrasures, il n’y a ny canon, ny platteforme, et les merlons ont besoin de baucoup de réparations. S’agit-il des restes d’une batterie ou bien de retranchements fondés en 1695 ? A la lecture de la description de 1734, nous penchons pour la seconde solution. Il faut en fait la rebâtir entièrement, de manière à ce qu’elle puisse donner les costés de l’est et du sud de lille Tômé, lesquels ne sont point  vus des batteries de pêros, elle croisera de plus ses feux avec ceux des batteries sur la rade du mesme nom.  La batterie de Trélévern a plusieurs objectifs : premièrement, il est d’une conséquence infinie pour la sûreté de cette rade refuge des barques et vaisseaux qui navigent dans la manche d’armer cette batterie de 3 canons de 12. En second lieu, le passage de terre aux 7 isles ne peut estre assuré sans elle; les corsaires de la dernière guerre estant à tout moment quelquefois au nombre de 10 et 12 mouillés à l’abry de l’ille de Tômé.

En 1755

A une lieue de Perros, on trouve la batterie de Trélévern. Elle donne sur la rade de Perros du Côté de l’est à l’opposite de ceux de Perros. Il y a trois pièces de Canons, un de 16 & deux de 8. Ce sont les paroissiens de Trélévern, Louannec, Kermaria-Sulard, Trézény, Coatreven, Lanmérin et Quempervern qui le servent.,les ustancilles et munitions sont dans l’église paroissiale de Trélévern.

.1766, A Trélévern, on trouve sur la pointe du même nom un corps de garde avec magasin à poudre, ainsi qu’un pavillon. La batterie est située en contrebas, elle déffend l’entrée du port, et bat dans l’est de l’isle Tomé ou les corsaires ennemis s’arrêtoient ordinairement pour attendre les barques qui sortoient du port et de la rade de Perros, ce qu’ils ne peuvent plus faire présentement, cette batterie possède un canon de 16 et 2 de 8[1].

En 1778, en revenant sur le continent, on arrive à la batterie de Trélévern, qui défend tant bien que mal  l’est de la rade de Perros-Guirec. Elle possède un corps de garde, un magasin à poudre tous deux voûtés et couverts en pierre plate, ainsi qu’une guérite en maçonnerie.

En 1795  Batterie de Trélévern (N°41)

Les deux canons de 8 de cette batterie suffisent pour protéger l’entrée de l’est de la rade de Perros, si on fortiffiait l’isle Thomet [Tomé]. Dans le cas contraire, il faudroit à la place de ce canon, deux de 36. par rapport à l’éloignement du passage de la rade.

 

Sous l’empire elle est servie par 12 hommes. elle possède deux canons de 8 qui seront remplacées plus tard par deux de 24 et un mortier de 12. Cette batterie sera souvent mise en œuvre efficacement dans la défense de l’Île Tomé .

Trélévern : Pointe de Port-L’Epine, le corps de garde en novembre 2017 avant travaux

état des travaux en mai 2018

.