Jean-Marie de PENGUERN (1807-1856), avocat, juge, collecteur de chants, contes et mystères populaires bretons

Samedi 13 décembre :
« Jean-Marie de PENGUERN (1807-1856), avocat, juge, collecteur de chants, contes et mystères populaires bretons »

Par Joël PENVEN, membre de l’ARSSAT

Penguern8
Jean-Marie de PENGUERN, né à Paris, devient lannionais en 1818 suite à la nomination de son père à la présidence du tribunal de Lannion. En 1832, après des études de droit il s’inscrit au barreau de Lannion où il exerce la profession d’avocat puis de juge suppléant. En 1838 il épouse Joséphine de KERLEAN. Il est nommé juge de paix à Perros-Guirec en 1839, mais il abandonne son poste en 1843 et reprend alors sa profession d’avocat. C’est durant cette période, jusqu’en 1853, qu’il se livre à son travail de collecte et à ses recherches sur l’histoire et l’archéologie locale. Il entre au conseil municipal de Lannion en 1846 et se porte candidat sans succès aux élections législatives de 1849.
Plus que ses fonctions dans la magistrature, c’est son important collectage qui lui confère une place particulière dans l’histoire de la littérature orale de la Bretagne du XIXe siècle. Il restera cependant en marge de la renommée en raison de son peu d’empressement à faire éditer ses manuscrits malgré les nombreuses sollicitations. Cependant, après sa mort, une grande partie de ceux-ci aboutira en 1877 à la Bibliothèque Nationale.
C’est au cours de ses recherches sur l’histoire de la ferme de ses grands-parents à Taulé, métairie qui dépendait du manoir de Kerassel propriété des KERLEAN, que Joël PENVEN s’est intéressé à Jean-Marie de PENGUERN. Il s’est alors orienté vers cette étude biographique qu’il va nous exposer.

ConfdePenguern_141213dg_mu_red Joël PENVEN répondant aux questions de l’assistance

 

Avant la conférence, sachant que Jean-Marie de Penguern s’était intéressé à son époque à l’histoire de l’église de Loguivy, Philippe Adam a présenté brièvement l’association dont il est vice-président  » Ensemble pour la défense du patrimoine et du cadre de vie de Loguivy-Lès-Lannion » , en attirant l’attention du public sur l’urgence de restaurer l’enclos paroissial du XVe siècle.