• Appel à projet régional « S’engager collectivement pour le patrimoine breton »-volet valorisation Site historique de la « pointe de Port l’Epine à Trélévern

  • Retour
par

L’ARSSAT intervient dans la valorisation du patrimoine historique
de la commune de Trélévern

La convention pour le projet global

Le mardi 6 avril 2021, Yannick Quéguiner et Michèle le Bourg, présidente de l’Association pour la Recherche et la Sauvegarde des Sites Archéologiques du Trégor (ARSSAT), ont signé une convention de partenariat pour la réalisation du projet de valorisation du patrimoine de la commune.

Depuis 2018, dans le cadre du projet global mené par la commune et relatif à l’aménagement de Port l’Épine, avec la réouverture des sentiers pédestres de la butte, l’ARSSAT et les services techniques ont contribué à la sauvegarde des vestiges du corps de garde et à la pose de 3 panneaux d’information historiques sur l’histoire de la défense côtière.

Dans la continuité, l’équipe municipale a décidé d’aller plus loin dans la valorisation de l’ensemble du patrimoine historique de la commune par la mise sur pied d’un projet global et pluriannuel. Ce projet doit permettre de faire découvrir ou redécouvrir, aux habitants et aux touristes, l’histoire de la commune en s’appuyant sur son patrimoine encore visible.

Un circuit pédestre, présenté sous la forme d’un itinéraire balisé, permettra d’identifier les points caractéristiques du patrimoine local, dans un premier temps, sur l’espace littoral et le centre bourg. Ce circuit permettra de découvrir : la vie des Trélévernais (récolte du goémon, pêche, commerces du centre-bourg), l’évocation de personnages remarquables (Famille Loz-de Kerguanton, Jean Barraqué compositeur de musique sérielle, Frédéric Libard fondateur de l’école Publique de la commune, les miliciens-garde-côtes), l’architecture des bâtiments anciens (chaumières), le petit patrimoine (lavoirs, fontaines), le patrimoine à caractère religieux (église, chemin de croix sculpté en bois d’inspiration Seiz Breur, chapelle, croix de chemin, calvaires), les témoins de mémoire souvenir (monuments aux morts : paroissial et communal).le patrimoine paysager (points de vue sur la rade de Perros-Guirec, chemins creux, talus-murs), et bien sur le site défensif du XVIIIe siècle (vestiges corps de garde restaurés, batterie côtière) avec espace d’interprétation d’utilisation de canons et de mortiers et la vie dans le corps de garde.

L’itinéraire du circuit pédestre sera disponible sous forme d’un plan-papier. Des panneaux patrimoniaux et historiques illustrés par des photos ou des cartes postales anciennes jalonneront le parcours. Sur le site de la butte de Port l’Épine, une table d’orientation sera installée face à la rade de Perros-Guirec, la copie d’un canon du XVIIIe siècle sur son châssis et son affut de côte sera mis place avec des panneaux illustratifs.

Le projet de valorisation du patrimoine de la commune sera également agrémenté par des évènements temporaires comme des visites-guidées et une exposition construite à partir de cartes postales anciennes, photographies d’époque et œuvres artistiques.

La réponse de l’ARSSAT à l’appel à projet de la Région Bretagne

Dans la cadre du projet global, l’ARSSAT a parallèlement répondu à l’appel à projet de la Région Bretagne « S’engager collectivement pour le patrimoine breton – Valorisation » avec l’action « Valoriser la butte de Port l’Épine, site géographique exceptionnel de la défense côtière du XVIIIe siècle ».

La situation privilégiée de la Butte de Port l’Épine, explique en partie l’équipement défensif local qui apporte une composante patrimoniale originale et d’un grand intérêt historique :

  • Conception et mise en place d’une table d’orientation sur la butte de Port L’Épine, face à la rade de Perros-Guirec, avec évocation de sa défense au XVIIIe siècle par la présence de la batterie côtière,
  • Création d’un espace d’interprétation du site défensif, afin de :
  • Retracer l’histoire au travers des vestiges par la mise en place de trois panneaux d’informations historiques (réalisés en 2019),
  • Faire revivre le lieu par un équipement majeur : la fabrication d’une copie d’un canon du XVIIIe siècle sur son châssis et son affut de côte (échelle 1)
  • Écrire une page d’histoire par la mise en place de panneaux illustratifs pédagogiques, visant à expliquer la mise en œuvre des pièces et la vie dans le corps de garde.

L’un des points forts de la création du centre d’interprétation du site défensif tient à la réalisation des équipements avec la participation forte de 3 lycées professionnels bretons, selon leurs spécialités de formation professionnelle. Les équipes enseignantes envisagent un projet pédagogique autour des réalisation techniques, sur le thème de la défense côtière au XVIIIe siècle, sur le littoral breton, auxquelles l’ARSSAT pourra apporter de l’information sur le site lui-même et son histoire ainsi que de la documentation d’archives.

Toutes ces actions doivent s’échelonner sur les deux années 2021 et 2022.

Nous espérons une réponse favorable de la Région Bretagne au projet déposé par l’ARSSAT le 12 avril dernier. Elle permettrait d’accompagner et de valoriser l’action bénévole de notre association en faveur du patrimoine breton.

L’équipe projet (Brigitte et Philippe Carmillat, le groupe « Petit patrimoine » de l’ARSSAT)

Michèle Le Bourg, présidente